Wiki

Secteur : transport

Chiffres, faits et tendances

Cette page présente des informations concernant les entrepreneurs débutants, les faillites, le comportement de paiement et la santé financière dans le secteur du transport. Certains chiffres et observations proviennent d’une étude réalisée par Graydon en collaboration avec Transport en Logistiek Vlaanderen. Vous apprendrez ainsi à bien connaître le monde du transport et pourrez faire de meilleures affaires dans ou avec le secteur.

La Belgique est, et reste, un carrefour logistique en Europe. Mais malheureusement, le secteur du transport n’y est pas florissant. Les entreprises de transport opérant une flotte de camions, surtout, connaissent des temps difficiles. Le secteur était déjà durement touché par la crise, qui a débuté en 2008, et en avril 2016 est venu s’y ajouter le problème de la taxe kilométrique.

Cette page est consacrée surtout  à la catégorie générale ‘Transports terrestres et transport par conduites’ (donc tous les transports terrestres, y compris le transport des personnes) et aux sous-catégories :

  • Transports routiers de fret, sauf services de déménagement (NACE 49410)
  • Services de déménagement (NACE 49420)
  • Autres activités de poste et de courrier (NACE 53200)

Entrepreneurs débutants

Le taux de création de nouvelles entreprises dans le secteur du transport  ne s'est pas restauré après la crise, en 2008. Dans le sous-secteur ‘Transports routiers de fret’, environ 9.000 entreprises nouvelles étaient créées jusqu’en 2007. Depuis 2013, elles ne sont plus que 8.000 environ chaque année et la tendance reste à la baisse. Entre 2008 et 2015, le nombre de créations d’entreprises a baissé de près de 13%.

La plus forte augmentation de créations concerne les entreprises de déménagement.

Nombre de créations par an

Wiki-Transport-Creations.jpg

Faillites

Le nombre de faillites dans l’ensemble du secteur des transports a connu un pic énorme après la crise économique. Le graphique montre clairement que le taux de faillites a considérablement augmenté après 2008. Dans le sous-secteur ‘Entreprises de déménagement’, 1 entreprise sur 24 a fait faillite en 2011.

Ces deux dernières années, en 2014 et 2015, la sensibilité à la faillite semble s’améliorer, mais il faut pourtant relativiser cette tendance à la baisse. Dans la catégorie générale ‘Transports terrestres et transport par conduites’, 1 entreprise active sur 52 a fait faillite en 2015. Le secteur se porte donc bien mieux qu'en 2009, où 1 entreprise active sur 39 a fait faillite. Mais le chiffre pour 2015 est deux fois supérieur à celui de l’économie belge totale, où 1 entreprise active sur 108 a fait faillite.

La part du secteur du transport dans le nombre total de faillites en Belgique a chuté de 5,22% en 2009, à 4,21% en 2015.

Nombre de faillites par an

Wiki-Transport-Faillites.jpg

Comportement de paiement dans le secteur du transport

Depuis la crise économique, le comportement de paiement dans le secteur des ‘Transports routiers de fret’ s’est à nouveau stabilisé. Le dernier trimestre 2015, 66% des factures ont été payées dans les délais convenus. Ce chiffre est inférieur à la moyenne de tous les secteurs belges (71%) et aussi à celui du secteur du transport en général. Dans ce secteur, 68% des factures ont été payées à temps.

84% des entreprises du secteur sont notées comme payant bien, voire très bien.

Les délais de paiement en vigueur dans le secteur du transport entraînent des problèmes (financiers) chez de nombreuses entreprises. C’est ce que révèle l’étude que nous avons réalisée début 2016 parmi les transporteurs. Près de la moitié des transporteurs indique que les délais de paiement en vigueur lui posent problème d’une manière ou d’une autre.

> Les délais de paiement en vigueur vous posent-ils problème ?

Wiki-Transport-Les_Delais.png

Santé financière du secteur du transport belge

En janvier 2016, 69% des entreprises actives dans le secteur du transport ont reçu le label vert 'entreprise saine'. Graydon octroie ce label sur la base du système Multiscore, un score qui analyse les faits, bilans et expériences de paiement.

Dans toute la Belgique, 73% des entreprises en moyenne peuvent se considérer comme saines. Chez les entreprises actives dans les 'Transports routiers', on en compte un peu moins : 67% d'entreprises saines.

Les entreprises ayant un label rouge se situent dans une zone de danger et sont au bord de la faillite. C’est le cas pour 14% des entreprises du secteur du transport.

Score de santé dans le secteur du transport

Wiki-Transport-Multiscore-FR.jpg

Lisez aussi:

Transport routier : le défi de la taxe kilométrique

Opinion des transporteurs concernant le climat d’entreprise

Certains chiffres de l'enquête que nous avons réalisée avec TLV parmi 225 entreprises de transport flamandes sont intéressants, mais peu porteurs d’espoir.

  • 43% des transporteurs flamands estiment que le climat d’entreprise dans leur secteur est mauvais, voire très mauvais. Seulement 10% d’entre eux estiment que le climat est bon, voire très bon. Un gros contraste et un sentiment assez négatif. Le reste évalue le secteur comme étant 'moyen'.
  • 77% pensent que le préfinancement complémentaire de la taxe kilométrique va affaiblir la position de liquidité de leur entreprise. Presque personne ne pense que la mesure entraînera une amélioration.

> Quelle sera selon vous l’influence du préfinancement complémentaire de la taxe kilométrique sur la position de liquidité de votre entreprise ?

Wiki-Transport-Quelle-sera.png

Envie de découvrir d'autres chiffres de l'étude ? Dans ce cas, téléchargez ce graphique d’information :

Analyse du secteur du transport en 10 chiffres

Conclusion

Le secteur du transport n’est pas encore sorti de la crise qui a débuté en 2008. Les marges sont réduites et le risque de faillite est grand.

Les transporteurs pensent en outre que la taxe kilométrique va affaiblir leur position de liquidité, mais ne se sentent pas en mesure de la répercuter sur leurs clients ou d'appliquer une politique des débiteurs plus stricte.

Chose terrible aussi : 63% des entreprises de transport interrogées admettent peu, voire pas connaître les opportunités de croissance ou les risques de faillites de leurs relations commerciales. Pourtant, ces informations sont cruciales pour exclure certains risques et détecter de nouvelles opportunités. Elles aideraient en tout cas les transporteurs à se construire un avenir sain.

La moitié dit quand même cesser de collaborer avec des partenaires qui paient tardivement ou pas du tout. Ce qui est déjà un premier pas dans la bonne direction. Mais les entreprises de transport feraient mieux d’aborder le problème préventivement.

Restez informé