Wiki

Entreprises débutantes en Belgique

Entreprises débutantes en Belgique : perspectives, tendances et chiffres

Le nombre d’entrepreneurs qui débutent est un étalon de mesure important pour notre économie et notre collectivité. Lorsque des entrepreneurs plus nombreux créent des entreprises, cela signifie qu’ils ont davantage confiance en l'avenir. Et les nouvelles entreprises financièrement stables profitent à tout le monde.

Carte géographique

Graydon fait chaque mois le point des starters et des faillites et les présente sur une carte. La carte ci-dessous montre clairement où sont enregistrés les nouveaux starters et faillites. Vous voyez ainsi en un clin d’œil où des activités économiques se créent, et où elles disparaissent. Zoomez sur la carte et cliquez sur la coche verte ou rose pour obtenir davantage de détails sur l'entreprise.

La tendance à la baisse des créateurs inversée en 2014

En 2014, la tendance à la baisse des créateurs d’entreprises a de nouveau été inversée. En 2013, 77.471 nouvelles entreprises ont été créées en Belgique. Ce qui représentait une hausse minime par rapport aux 76.976 créations en 2012, année où le pays a connu un recul important, de -5,23%, en comparaison avec l'année record 2011. Cette année-là, plus de 80.000 personnes ont créé une entreprise en Belgique.

Le nombre d’entrepreneurs débutants a encore baissé les six premiers mois de 2014. Durant le second semestre, cette baisse a pourtant été largement compensée. À la fin de 2014,  81.107 entrepreneurs avaient créé leur propre affaire. Après deux années moins bonnes, nous atteignons ainsi à nouveau le nombre de créateurs en 2011.

 

Nombre d’entrepreneurs débutants en Belgique

Pour déterminer le nombre d’entrepreneurs débutants, nous avons fait quelques choix méthodologiques. Pour les unipersonnelles, la date de départ effective est la date de référence. Un entrepreneur qui s’inscrit en décembre à la BCE n’entre donc dans les statistiques qu’en janvier. Pour les sociétés, nous utilisons comme date de départ celle de la première inscription à la BCE, en principe, la date de dépôt des actes au greffe du Tribunal de commerce.

Mais toutes les inscriptions à la BCE ne concernent pas des ‘entreprises’ dans le vrai sens du terme. C’est pourquoi seules les unipersonnelles et les sociétés sont reprises dans ces statistiques. Les formes juridiques suivantes n’entrent pas en ligne de compte : asbl, associations de copropriétaires, groupements européens d’intérêt économique sous différentes formes et sociétés de droit public.

fr_no.jpg

 

Causes de la diminution du nombre d’entrepreneurs débutants

La crise économique, la difficulté d'obtenir des financements, qui sont en outre coûteux, ainsi que le manque de confiance sont à la base de la diminution du nombre d'entrepreneurs débutants en 2012 et 2013. Mais il y aussi des motifs fondamentaux. Nous vivons dans une société où la sécurité (financière) est plus que jamais centrale. Il n’est plus évident de prendre des risques personnels. D’autant que ceux qui échouent sont souvent regardés de travers. Enfin, les entrepreneurs se voient imposer des règles administratives et toutes sortes de cotisations et impôts qui ne sont pas particulièrement motivants.

Reprise en vue

Le nombre de créateurs a augmenté il y a quelque temps déjà. Mais c’est pourtant un signe que l’activité économique se restaure un peu, après deux années difficiles. Bien qu'il faille signaler que l'augmentation du nombre de créateurs en 2014 concernait surtout la Flandre. On y a enregistré une hausse de 7,6% en comparaison avec 2013. À Bruxelles, le nombre de créateurs augmente moins qu’en Flandre. Le nombre de créateurs (+3,1%) en Wallonie encaisse un léger recul, avec -0,2% par rapport à l’année précédente.

Ces dernières décennies, on a observé que les évolutions économiques, positives comme négatives, se produisent d'abord en Flandre. Lorsqu’une reprise est notoire en Flandre, elle se produit ensuite dans les autres parties du pays aussi. La stagnation est, avec la baisse du nombre de faillites notoire depuis l’année passée, un indicateur de reprise prudente de l’économie.

 

Besoin d’entreprises saines

Graydon continue en tout cas de stimuler l’initiative et l’entreprise. Créer sa propre société et la développer, commercialiser une idée, être son propre patron, …. Voilà qui procure toujours une grande satisfaction. Notre économie a surtout besoin d'entreprises saines, ce qui profite beaucoup à notre collectivité. Une bonne préparation, un bon encadrement et un credit management mis en œuvre intelligemment sont absolument nécessaires.

Les entrepreneurs qui débutent doivent se méfier des mauvais payeurs, surtout les premières années. Ils n’ont souvent pas de réserve pour compenser les pertes et le manque de capital d’exploitation. En outre, le crédit est cher et les banques ne sont pas enclines à accorder souplement des crédits. Elles aussi préfèrent jouer l’atout sécurité. Bien qu’il existe différentes autres possibilités de financer votre entreprise intelligemment.

 

Atlas du créateur annuel

Graydon fournit chaque année les chiffres pour l’Atlas du créateur, que l’UNIZO, l’Union des entrepreneurs indépendants publie depuis 2004. Cet ouvrage compilait pour la première fois toutes les statistiques pertinentes concernant les créateurs d'entreprise. Et chaque année, UNIZO et Graydon actualisent l’Atlas du créateur. Il en est donc à sa quatorzième édition. Et pour la cinquième fois, l’Union des Classes Moyennes (UCM), le pendant wallon de l’UNIZO, y a collaboré.

Atlas du Créateur 2019

Atlas du Créateur 2018

Atlas du Créateur 2017

Un groupe cible important pour les fournisseurs

Pour les entreprises qui recherchent constamment de nouveaux clients, les entrepreneurs débutants constituent un groupe cible important. Si vous tombez parfois sur votre concurrent lorsque vous prospectez chez des entreprises bien établies, ce ne sera pas le cas pour les nouvelles entreprises. Si vous êtes le premier à frapper à la porte des entrepreneurs débutants, vous couperez l’herbe sous les pieds de vos concurrents.

Restez informé