Hoe staat het met mijn slaagkansen?
Retour au sommaire
blog

La crise du Coronavirus nécessite des choix coordonnés et une mise en œuvre efficace

Le Coronavirus nous tient en otage depuis plusieurs mois. Progressivement, nous assouplissons le confinement. Le monde des affaires essaie, dans la mesure du possible, de reprendre le cours de ses activités. Cependant, la relance économique doit être soutenue et facilitée par différents acteurs : le gouvernement, les tribunaux, les banques et les entreprises elles-mêmes. Leur coopération est cruciale pour définir notre futur tissu économique. Parce qu'il est certain que des choix difficiles doivent être faits.

À quoi bon laisser chaque acteur se débrouiller individuellement, sans passer des accords les uns entre les autres ? À quoi bon, par exemple, conclure des accords avec les banques et les laisser prêter de l'argent à une entreprise via un fonds de garantie bancaire (*), si le tribunal déclare la même entreprise en faillite quelques semaines plus tard sur base d'autres critères ?

  • (*) Le fonds de garantie bancaire est l'une des mesures de soutien, élaborée par la taskforce avec le gouvernement fédéral et les banques. Le gouvernement demande aux banques d'aider les entreprises durement touchées et de faciliter les prêts. Un fonds de garantie de 50 milliards d'euros est disponible à cet effet. Si la banque n'est pas en mesure de récupérer le prêt, elle peut faire appel à ce fonds de garantie pour compenser la perte engendrée. Cela crée un effet multiplicateur impressionnant. De cette façon, il est évité que de nombreuses entreprises foncent droit vers la faillite, surtout si les banques peuvent esquiver dans une certaine mesure les entreprises particulièrement maigres comme un os. De cette façon, elles pourront prêter bien plus que ces 50 milliards.

Il va sans dire que les quatre parties doivent être sur la même longueur d'onde et faire des choix coordonnés. Et cela n'est possible que sur base de critères clairs et non ambigus. Appelons cela des repères qui constituent une orientation afin que des informations claires puissent être converties en une politique concrète.

Une première sélection

Veuillez noter qu'il s'agit de repères purement indicatifs ou d'une première sélection. Personne ne devrait commettre l'erreur fondamentale de considérer ces repères comme des limites absolues. Comme s’ils étaient irréfutablement fixés. Chaque cas individuel a droit à une approche individuelle. Tous les critères doivent donc être soigneusement contrôlés.

Chaque personne concernée a au moins le droit à un contre-argument pour apporter quelques nuances, en fonction de sa situation. C'est à la personne qui procède à l'évaluation de peser le pour et le contre. En fin de compte, les humains ont toujours le dernier mot.

Des choix coordonnés

Le gouvernement, qui représente le citoyen, doit faire des choix fondamentaux et socialement justes pour les citoyens et la société. Et aussi pour notre avenir. L'administration exécutive doit également disposer des moyens nécessaires à leur mise en œuvre.

De son côté, le pouvoir judiciaire, indépendant et neutre, doit pouvoir savoir quelles entreprises feraient mieux d'être déclarées en faillite et lesquelles non. Alors, quelles entreprises recevront un soutien pour leur relance ? Et lesquelles non ? Les tribunaux disposent d'un instrument à cet effet, la suspension en vertu de la LCE, grâce auquel ils peuvent opter pour diverses options. Cependant, les tribunaux doivent avoir les moyens de déterminer le bon chemin à suivre. De préférence sur base d'une législation claire.

Les entreprises doivent également savoir ce qu'elles représentent. Sans politique claire et mise en œuvre efficace, l'incertitude règne en maître. C'est désastreux pour le punch dont les entreprises ont besoin aujourd'hui plus que jamais.

Qu'il s'agisse de banques, de business angels, d'actionnaires ou de crowdfunders, tous ont besoin de la même clarté. Parce que le financement devient particulièrement difficile en période d'incertitude. Les risques et les garanties doivent être clairs. En bref, les quatre parties ont besoin de choix fondamentaux coordonnés.

Une mise en œuvre efficace

Ces choix de base coordonnés sont idéaux, tant que la mise en œuvre se déroule également de manière efficace. Comment garantir un effet maximal tout en hypothéquant le moins possible notre société future ? Une fois les choix de base faits, vous pouvez décider de traiter tout le monde au sein du groupe cible de la même manière. Compréhensible, mais pas efficace.

Supposons, dans le cadre de la relance, que vous décidiez de soutenir l'industrie de la pomme de terre et toute la chaîne qui l'entoure. C'est bien. Mais cela a-t-il un sens s'il s'avère que les friteries sont forcées d'arrêter leurs activités au vu des circonstances ? Ou si tout le monde est passé en masse au riz et aux pâtes ? Il est peu logique de soutenir activement une industrie très importante dans sa relance tant que ses clients n'ont pas repris le cours de leurs activités. Tant que cela n'est pas le cas, il est sage de ne les aider qu'à survivre.

Où accorder les bonnes injections ? Comment s'assurer que les réactions en chaîne se renforcent mutuellement ? Comment injecter de l'argent en tant que gouvernement pour garantir un effet maximal ? Voulez-vous aider une chaîne d'approvisionnement complète et précieuse ? Ou vous concentrez-vous sur les entreprises qui constituent le maillon essentiel ?

Pensez-vous que le muesli est essentiel ? Alors, soutenez le producteur de muesli, le maillon central de la chaîne qui assurera une réaction en chaîne. Cela garantit que l'agriculteur qui produit les céréales et les raisins secs, l'usine de carton qui fournit l'emballage, l'entreprise de transport qui transporte le produit au magasin et les magasins eux-mêmes jouissent d'un nouvel élan. Et vous pouvez également lancer une campagne de promotion de la consommation de muesli.

Publications similaires
Bulletin d'information

Abonnez-vous à la newsletter comme source d’inspiration avec...