Graydon ESG environmental social governance
Retour au sommaire
blog

L'ESG contraint les entreprises à une transition fondamentale

Cet article est le résultat d'une collaboration entre Eric Van den Broele et Hind Salhane.

La prévoyance ou la résistance aux chocs des entreprises n'est pas exclusivement lié à la crise du coronavirus. Vous pouvez lire l'essence du raisonnement dans l'article d'ouverture de cette série sur la prévoyance. Dans la deuxième partie, nous avons examiné de plus près les différents chocs auxquels nous sommes confrontés. Il s'agissait principalement de chocs négatifs, même s'il existe aussi des chocs qui résultent d'une transition. Il suffit de penser au Green Deal européen, qui aura à court terme un certain nombre de conséquences directes pour les entreprises.

Les chocs dans un contexte de transition

Le Green Deal européen est d'une grande actualité et restera une priorité à l'ordre du jour pour les années à venir. Après tout, les États membres se sont engagés à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55 % d'ici 2030 par rapport à 1990. D'ici 2050 au plus tard, l'UE veut être climatiquement neutre. La transformation doit garantir une société et une économie européennes qui soient également rentables, justes et socialement équilibrées. Il ne fait aucun doute que ces objectifs ambitieux annoncent une transition fondamentale. Les initiatives sur le climat, l'environnement, l'énergie, les transports, l'industrie, l'agriculture et la finance durable auront, en tout cas, un impact direct sur les entreprises d'ici moins de 10 ans. Les entreprises ne semblent pas encore en avoir pleinement conscience, mais elles sont confrontées à un choix drastique : suivre les évolutions ou disparaître.

L'interprétation de l'ESG

Dans ce contexte, l'ESG a récemment gagné en importance, même si la plupart des entreprises ne s’y intéressent pas encore. Sans parler du fait qu’elles savent déjà ce que l'ESG signifie pour eux. Cependant, ESG, qui signifie environnemental, social et de gouvernance (ou écologie, société et gouvernance d'entreprise), n'est pas nouvelle. L'ESG est déjà apparue dans les années 1960 lorsqu'un certain nombre d'organisations ont introduit des filtres éthiques pour identifier les entreprises qui ne respectaient pas les valeurs morales. Les entreprises actives dans les secteurs de l'alcool, du tabac et de l'armement, entre autres, ont ensuite été exclues du portefeuille d'investissement. Au fil des ans, les comportements et les violations des normes et standards internationalement acceptés sont également devenus partie intégrante de ces filtres éthiques.

Plus récemment, la Banque centrale européenne a mis l'ESG au premier plan. Après tout, la BCE exige que toutes les banques déclarent à partir d'avril 2022 dans quelle mesure leurs grands clients - c'est-à-dire les grandes entreprises auxquelles elles prêtent de l'argent - évoluent vers la preuve ESG. A partir de 2024, cette exigence s'appliquera à tous les clients de la banque, y compris les PME. Une opération aux conséquences importantes.

Les conséquences de l’ESG

L'ESG deviendra une norme qui ne sera pas seulement utilisée par les banques. Il est évident que, par exemple, les sociétés d'investissement utiliseront également la norme pour déterminer dans quelles sociétés elles investiront. De plus, le fait qu'elle soit ou non à l’épreuve de l’ESG aura des conséquences, par exemple, sur la demande de prêt et donc aussi sur les chances de survie d'une entreprise. Il finira par s'avérer qu'une entreprise qui est à l’épreuve de l’ESG pourra peut-être contracter un prêt plus facilement et à moindre coût.

Mais aussi dans le cadre de la gestion du crédit, une entreprise sera perçue différemment et donc pas seulement sur la solvabilité. Deux entreprises similaires qui sont dans la même situation financière feront la différence en termes d'ESG. Un gestionnaire de crédit aura également techniquement plus confiance dans une entreprise qui est à l'épreuve de l'ESG.

Un problème de perception et de financement

La transition fondamentale n'a pas seulement un impact sur la perception que le monde extérieur a d'une entreprise. L'image de 3M avec son histoire de PFOS à Anvers, de Volkswagen avec son scandale du diesel ou de Shell, qui s'est avérée ne pas être aussi verte qu'elle le prétendait, a été gravement écornée par le passé. C'est un problème de perception sur lequel on peut travailler. Mais à l'avenir, ils seront également confrontés à un problème de financement. Bon nombre de ces entreprises devront mettre en œuvre une transition rapide d'ici 2030. La question est de savoir comment elles financeront ces changements.

Vont-elles s'appuyer sur les banques et devenir ainsi encore plus dépendantes du monde extérieur ? Vont-elles solliciter l'aide du gouvernement et en imposer le fardeau à notre société ? Ou verront-elles que les chocs – même s'ils sont imprévisibles – ne sont finalement pas si exceptionnels ? Réaliseront-elles que des chocs peuvent se produire tous les jours ?

Il est donc judicieux pour une entreprise de se préparer afin qu'elle puisse survivre de manière autonome et indépendante lorsqu'un choc survient. D'un point de vue social, c'est aussi souhaitable et beaucoup plus favorable.

ESG et prévoyance

Ainsi, chaque entreprise a intérêt à être résistante aux chocs ou prévoyante. Cela crée une situation favorable pour l'entreprise elle-même, mais aussi pour la société. Si nos entreprises avaient été beaucoup plus résistantes aux chocs lors de l'attaque de la Covid-19, cela aurait coûté beaucoup moins cher à notre société. Sans doute, un certain nombre de chocs de suivi – l'inflation, par exemple – seraient également moins pertinents. De plus, c'est aussi un moyen pour chaque entreprise de réagir rapidement et facilement à une nouvelle situation de marché ou à une nouvelle situation sociale. Donc, cela améliore simplement le tissu social.

Publications similaires
Bulletin d'information

Abonnez-vous à la newsletter comme source d’inspiration avec...