Schokbestendigheid - Résistance aux chocs
Retour au sommaire
blog

La pensée de la courbe de Gauss nous induit en erreur

Cet article est le résultat d'une collaboration entre Eric Van den Broele et Koen Michielsen.

Que ce soit dans la vie privée ou la vie professionnelle, vous pouvez toujours tomber sur quelque chose d'inattendu. Et même si c'est inattendu, il est judicieux de s'y préparer. Les meilleurs pères (et mères) de famille le font d'une manière ou d'une autre. Les choses semblent différentes pour les entreprises.

Vous ne vous attendez pas à ce que la machine à laver ou la voiture tombe en panne demain ou qu'une tempête (ou une secousse) fasse sauter le toit, mais cela pourrait arriver. Pour compenser cela, la plupart des consommateurs parmi nous ont une tirelire quelque part, éventuellement complétée par une bonne assurance. Après tout, la personne moyenne sait naturellement que notre avenir a un caractère imprévisible. Cependant, la tirelire nous donne la possibilité de survivre de manière autonome.

La pensée de la courbe de Gauss

Les entreprises ne suivent pas toujours le même état d'esprit. Vous avez pu lire à ce sujet dans un précédent article de blog. La possibilité qu'un événement inattendu se produise est toujours latente. D'ailleurs, nous sommes confrontés à bien plus de chocs qu'on ne le pense à première vue. Cependant, notre façon de penser est quelque peu déformée à cet égard.

Pour le dire mathématiquement, nous avons appris à penser le fil du temps en courbes gaussiennes. Les problèmes courants se situent autour du centre de la courbe. Les extrêmes sont à l'extérieur de l'horloge. Entre-temps, nous nous sommes convaincus que ces extrêmes sont exceptionnels et de peu d'influence. Cependant, le contraire est vrai.

Les exceptions sont moins exceptionnelles

Les extrêmes à l'extérieur de l'horloge sont imprévisibles. Encore plus difficile, la possibilité qu'un tel événement se produise est tout simplement ignorée. Pourtant ces extrêmes sont moins exceptionnels qu'on ne le pense si l'on considère leur nombre. Il ne s'agit pas seulement de la Covid-19. Il s'agit aussi de navires qui coulent ou de chaînes de production qui s'enflamment. Ou encore des inondations, des dommages causés par les tempêtes, de la pénurie de pièces en raison d'une chaîne d'approvisionnement endommagée, de la montée en flèche de l'inflation, de la hausse des prix des matières premières, des attentats et des guerres, etc.

Autant de chocs auxquels certaines entreprises sont subitement soumises et dont elles peuvent considérablement souffrir. Et cela est complètement indépendant de leur santé financière. Sain ou malsain ne s'applique pas dans ces situations. Car contrairement à ce que la courbe de Gauss voudrait nous faire croire, les extrêmes ont une énorme influence sur les parties concernées. Dans ce contexte, Graydon a développé le modèle de résistance aux chocs.

Gausscurve - La courbe de Gauss

Figure : Les extrêmes ou les exceptions à l'extérieur de l'horloge ont une influence sur les parties qui y sont confrontées.

Le modèle de résistance aux chocs est un outil important pour :

  1. en cas de choc, être immédiatement en mesure de savoir quelles entreprises peuvent absorber le choc et lesquelles ne le peuvent pas et ont donc besoin de soutien. Il donne, à la fois au gouvernement et à une entreprise qui gère un portefeuille de clients, la possibilité de réagir rapidement à une nouvelle situation.
  2. obtenir une compréhension macro-économique très claire de la situation problématique. Il fournit au gouvernement des éléments factuels objectifs à examiner plus avant et à émettre ou ajuster toute mesure.
  3. faire des estimations factuelles qui répondent à la question de savoir quelles sont les chances de survie des entreprises à plus long terme. De cette façon, une stratégie qui vise à se renforcer à long terme peut être concrètement développée.

La mission pour le gouvernement et les entreprises elles-mêmes

Dans ce contexte, il y a aussi une tâche importante pour le gouvernement. Il devrait sensibiliser les entreprises au danger de chocs imprévus et les encourager à y faire face de manière autonome à l'avenir.

Après tout, il n'y a que deux chemins à emprunter.

  1. Nous pouvons revenir à l'ancienne normalité dès que possible. Bien que cela puisse signifier que le prochain choc sera encore plus lourd. Parce que nous avons investi tant d'argent et d'énergie dans le choc causé par le coronavirus, nous pouvons manquer un autre choc qui sera comme un mal de dents la prochaine fois.
  2. Ou peut-être est-ce l'occasion de tracer une nouvelle normalité qui nous rendra tous meilleurs.

Stimuler ou obliger ?

La question est de savoir si les entreprises veulent s'en accommoder. Ou les actionnaires continueront-ils à écrémer les bénéfices et les réserves à l'avenir ? Il y a deux considérations à faire à ce sujet.

Pensée 1

Si vous l'examinez financièrement et à court terme, avec cette vision et sans intervention, nous pourrions bientôt revenir à l'ancienne normalité. Il appartient au gouvernement de bien réfléchir à la façon dont il peut inciter les entreprises à constituer de toute urgence des réserves plus importantes. Cela ne doit pas être une obligation. Stimuler fonctionne toujours mieux qu'obliger. Il existe de nombreuses incitations à prendre en compte (par exemple, les taxes) qui peuvent ou non être une obligation.

Pensée 2

Globalement, selon la culture, il y a une mentalité différente. L'Europe voit beaucoup de choses fondamentalement différemment que, par exemple, les États-Unis ou la Chine. Prenons l'exemple du RGPD. La manière dont l'Europe a élaboré (et imposé) le Règlement général sur la protection des données est liée à des positions éthiques et à la fonction des données vis-à-vis de la société. La position que l'Europe a prise est fondamentalement différente de celle des États-Unis ou de la Chine. Cela signifie que si vous choisissez une position qui est « différente » - pas meilleure, mais différente - que dans d'autres parties du monde, vous devez également protéger ce choix aux frontières. Ainsi, toute personne souhaitant faire des affaires en Europe est tenue de respecter les règles. Cela a aussi des conséquences économiques.

Publications similaires
Bulletin d'information

Abonnez-vous à la newsletter comme source d’inspiration avec...