Article
Ecrit par Sven Persoone
Posted on 26/10/2020

Où en est votre entreprise dans la lutte contre la fraude criminelle ?

49 lectures

La fraude peut laisser de profondes cicatrices dans les chiffres d’une entreprise. L’impact sur l’image et la position sur le marché est plus difficile à calculer, mais il est clair qu’il y a beaucoup en jeu pour une entreprise victime de fraude. Vous êtes-vous déjà demandé si votre entreprise est capable de prévenir, de détecter et de réagir de manière appropriée à la fraude ? L’effet d’un modèle de fraude bien implémenté est déjà considérable.

Les entreprises victimes de fraude doivent faire face à un coût qui n’a fait qu’augmenter ces dernières années. En moyenne, les dommages s’élèvent aujourd’hui à quelque 200 000 euros. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par le cabinet de conseil BDO. Le score de fraude garantit que de telles conséquences catastrophiques ne se produisent pas.

Néanmoins, il reste difficile de chiffrer concrètement les dommages de chaque cas de fraude. « Certains coûts sont faciles à calculer », explique Jens Verboven, Corporate Business Consultant chez Graydon. « Les pertes financières immédiates, ainsi que les amendes et autres, s’oublient assez rapidement. Toutefois, ce n’est pas le cas en cas d’atteinte à l’image d’une entreprise ou d’effets sur sa position sur le marché. »

À titre d’illustration, Verboven mentionne les 500 à 600 voitures qui disparaissent chaque année dans le secteur du leasing. « Si ce nombre peut être réduit, l’avantage financier peut être facilement calculé. Sur la seule base de nos données, le taux de prédiction est de 50 à 70 %. Si nous les combinons avec les données internes des clients, cela peut aller jusqu’à 80 et même 90 %. Le nombre de cas de fraude que nous pouvons identifier est donc énorme. Ajoutez à cela le temps supplémentaire accordé aux ETP pour enquêter manuellement sur les cas et vous ne pouvez que reconnaître que l’effet est considérable. »

Expertise et technologie

Il est également important que les entreprises identifient et classent les risques de fraude. Les évaluations se basent sur des données internes, d’une part, et sur des facteurs externes, d’autre part. Il est également important de réévaluer régulièrement ces risques. Il est aussi crucial de disposer à la fois de l’expertise et de la technologie appropriées pour détecter la fraude.

« La technologie n’est efficace que si elle est utilisée correctement », note Jens Verboven. « De nombreuses entreprises ont investi dans des outils et des techniques ces dernières années. En même temps, elles se font du souci quant à leur implémentation. Une enquête de PwC a révélé que seules 3 entreprises sur 10 en sont satisfaites. Cela montre que l’utilisation efficace de la technologie pour lutter contre la fraude n’est pas une évidence. »

En outre, il est essentiel de réagir correctement à tout cas de fraude détecté. Il s’agit d’un élément essentiel et fondamental d’un programme efficace de lutte contre la fraude. « La capacité à mobiliser rapidement la bonne combinaison de personnes, de processus et de technologies permet de réduire les dommages potentiels. »

Un règlement intérieur pour tous

Près de 60 % des entreprises confrontées à la fraude et ayant fait l’objet d’une enquête ont pu améliorer leur situation et renforcer leur position. Ce qui est frappant dans l’étude de PwC, c’est que près de la moitié des personnes interrogées n’ont effectué aucune recherche. Seul un tiers a signalé l’incident à l’administration.

« Une réaction tardive peut non seulement causer encore plus de dégâts, mais elle peut même plonger une entreprise dans une crise de grande ampleur. Un fait est que les entreprises ayant renforcé leur position ont d’abord mené une enquête. Il est essentiel d’aller au cœur du problème pour éviter de nouveaux dommages. Une partie externe qui enquête sur la fraude peut aider. Surtout si l’objectivité est de mise. Il s’agit ensuite d’améliorer les contrôles internes et d’adapter les politiques et les procédures si nécessaire. Et parfois, il peut même s’agir de simples interventions. Ce qui compte, ce sont les mesures disciplinaires. Dans ce contexte, un règlement intérieur doit s’appliquer à tous. Sinon, cela ne sert à rien. »

Où en est votre entreprise en matière de prévention de la fraude ?

Il est important que chaque entreprise sache où elle en est en termes de lutte contre la fraude. « Êtes-vous en mesure de prévenir, de détecter et de réagir à la fraude ? Ce sont des questions importantes que toute entreprise devrait se poser », déclare Jens Verboven. « Ceux qui ne l’ont pas encore fait doivent agir maintenant. Même les meilleurs programmes antifraude doivent être constamment évalués et ajustés. Les fraudeurs et les modes opératoires sont en constante évolution. C’est pourquoi les mesures préventives doivent également être adaptées pour faire face aux nouveaux risques. Si l’on ne le fait pas, on s’expose à ces risques et aux coûts croissants de la fraude. »

Aucune entreprise n’est à l’abri de la fraude. Il est essentiel de se poser un certain nombre de questions difficiles après un incident. Un manque de sensibilisation ou de perspicacité ne fait qu’augmenter le risque de fraude.

« Graydon veut également jouer un rôle social dans l’élaboration du score de fraude. Nous sommes le partenaire de confiance d’entreprises dans de nombreux secteurs. S’il est possible de coopérer avec les fédérations pour réduire la fraude criminelle, nous aimerions le faire. Outre la partie commerciale, notre ambition est de contribuer à une économie florissante. Entre autres choses, en aidant les entreprises à prendre les bonnes décisions. »

Appel

Pendant ce temps, le comportement et les habitudes des fraudeurs changent constamment. « Avec notre modèle de fraude et notre score de fraude, nous voulons armer les entreprises contre ces pratiques. En ce sens, il est important d’étudier le plus grand nombre de cas possible. Ils alimentent nos modèles statistiques et optimisent les algorithmes. C’est pourquoi j’aimerais lancer un appel. Transmettez-nous vos cas de fraude, afin que nous puissions vous protéger encore mieux contre les fraudeurs. »

Vous souhaitez protéger votre entreprise ou votre secteur contre la fraude ? Alors, contactez-nous directement à l’adresse info@graydon.be ou contactez Jens Verboven sur LinkedIn pour discuter des possibilités.