Article
Posted on 15/10/2019

Liste de contrôle: des affaires en toute sécurité à l'étranger

123 lectures

Exporter est une excellente façon de réaliser une croissance et d'élargir votre marché. De nombreuses entreprises belges ont vu leur chiffre d’affaires augmenter sensiblement une fois qu'elles ont commencé à vendre leurs produits ou services à l'étranger. Réfléchissez si vous pourriez en faire autant. Mais agissez intelligemment, car c’est une aventure qui implique des risques. Cette liste de contrôle vous permettra en tout cas de les réduire au minimum.

De nombreuses entreprises hésitent encore à exporter. La crainte, bien compréhensible, de se jeter à l’eau, les coûts élevés, toutes les formalités et obligations administratives, constituent des obstacles. La plupart des entreprises belges ne se lancent dans les exportations que lorsqu’un partenaire étranger potentiel manifeste de l’intérêt pour leurs produits ou services.

Quels risques implique le commerce international ?

Un entrepreneur encourt davantage de risques à l'étranger que dans son propre pays. C’est inévitable. Qu’est-ce qui retient les entrepreneurs et de quoi doivent-ils le plus se méfier avant de se lancer dans les exportations ?

  • Les différences de langue, de culture et de législation peuvent rendre la communication difficile.
  • Il n’y que peu, voire pas de lien personnel avec le client international.
  • La distance et les écarts horaires ne permettent que très difficilement de régler rapidement les problèmes.
  • Les données des entreprises et des marchés sont moins disponibles publiquement, de sorte qu’il peut être difficile d'obtenir une image (financière) complète et correcte de l'autre partie.
  • Les discussions contractuelles sont difficiles parce qu’elles sont souvent soumises à d'autres règles et usages.
  • La pratique démontre que les délais de paiement sont plus longs pour les factures envoyées au client étranger.
  • L’escroquerie, la fraude et la crainte de ne pas être payé du tout.

Faites appel à un spécialiste

Malgré tous ces obstacles et risques, il est très intéressant d’exporter. Et l’exportation n’est certainement pas réservée aux seules grandes entreprises. En Belgique, quelque 29.000 PME exportent dans l’UE. Un peu moins de 10.000 PME vendent en dehors de l’UE.

Vous n'avez pas le temps de remplir la liste de contrôle complète, mais vous voulez tout de même être sûr à 100 % ? Alors faites vérifier l'entreprise par un spécialiste en informations commerciales. Graydon dispose d'un réseau mondial de partenaires fiables et peut vous proposer des rapports d'activité internationaux dans plus de 200 pays. C’est possible en ligne ou via une nouvelle étude auprès de notre équipe de spécialistes. Vous n'avez même pas besoin de souscrire un abonnement pour cela. Vous pouvez consulter les rapports d'entreprises internationales auprès de Graydon de manière sporadique et sans engagement. Si vous voulez, vous pouvez n’y avoir recours que lorsque vous vous trouvez dans une situation où vous en avez besoin. Un rapport d'entreprise internationale peut s'écarter considérablement d'un rapport de solvabilité belge. Dans d'autres pays, différentes lois et obligations (de publication) sont d’application. Cependant, un rapport sans contenu peut également dire immédiatement quelque chose sur la fiabilité de votre relation commerciale.

Regardez la vidéo et demandez immédiatement - sans paiement anticipé - votre accès à Graydon International Business.

Demander un accès

Comment faire des affaires en toute sécurité à l’étranger ?

Vous souhaitez tout de même vous lancez seul ? Alors vérifiez ci-dessous ce qu’il est recommandé de faire lorsque vous recevez une demande de l'étranger.

  • Prenez le téléphone et appelez directement l'entreprise. Vous contrôlerez ainsi le numéro de téléphone et aurez immédiatement une première impression de ce client éventuel.
  • Demandez toutes les données et personnes de contact possibles de votre client étranger, jusqu'à l'ID Skype.
  • Demandez quelques références à votre futur client, de préférence d'entreprises sises en Belgique.
  • Contrôlez via le Système européen VIES si le numéro de TVA communiqué par le client ou partenaire est correct. Attention, uniquement pour les entreprises de l’Union européenne.
  • Épluchez le site web de l'entreprise. Attention aux liens hypertexte périmés ou aux photos qui ne s’affichent pas, à l’orthographe, aux données de contact, à l’e-shop éventuel,… Vous obtiendrez rapidement une impression du professionnalisme, des comptes actifs sur les réseaux sociaux et des chefs d'entreprise. Mais attention, un beau site web ne signifie pas nécessairement que l'entreprise est fiable.
  • Vérifiez si le site web comporte des conditions générales, une clause de protection de la vie privée et un disclaimer.
  • Contrôlez qui a enregistré le site web, quand et pour combien de temps.
  • Utilisez des moteurs de recherche comme Google ou Yahoo pour retrouver ailleurs des informations sur l'entreprise et ses dirigeants. Vous trouverez peut-être des commentaires des clients ou des articles de journaux. Ou peut-être rien du tout, s’il s’agit d’une entreprise fictive.
  • Ouvrez Google Earth et Google Street View. Voyez-vous un grand bâtiment d’entreprise, un magasin, un centre industriel à l’adresse indiquée ? Ou rien du tout ?
  • Contactez l’ambassade ou le consulat de Belgique sur place et demandez s’ils peuvent vous aider à vérifier que l'entreprise existe vraiment.
  • Demandez si votre banque possède une agence locale et si elle peut vous renseigner. La banque peut éventuellement vous confirmer que des transactions financières ont été effectuées et que votre interlocuteur est donc vraiment actif.
  • Consultez les instances officielles sur place. Mais dans ce cas, vous devez savoir à qui vous adresser et souvent parler la langue. Vous ne trouverez pas partout des documents officiels dans une langue que vous parlez et comprenez. La chance que vous en trouviez est même assez réduite.
  • Gardez vos coûts sous contrôle. Calculez en détail les coûts opérationnels à engager pour être présent dans un pays donné et sachez qu'ils sont souvent plus élevés que ce que vous aviez prévu au départ. L’exportation est-elle toujours rentable dans ce cas ?
  • Travaillez avec une personne de contact, un partenaire ou un distributeur locaux, en qui vous pouvez avoir confiance. Ils sont mieux informés que quiconque du marché local, des possibilités, des lois et des usages. Et ils sont plus proches de votre client.
  • Faites toujours contrôler votre contrat par un juriste ou un avocat spécialisé dans le marché étranger et votre secteur avant de signer.

Téléchargez aussi la liste de contrôle 'Entreprendre en toute sécurité à l’échelon international'.

C249BE_Liste-De-Controle-Entreprendre-En-Toute-Securite-A-L-Echelon-International.PNG