Article
Ecrit par Filip Hendrickx
Posted on 07/08/2018

Les avantages de la gestion holistique des risques dans les entreprises

1169 lectures

Le monde des affaires se développe à un rythme effréné. La mondialisation et les outils numériques gagnent en importance. Pour les entreprises, une gestion étudiée des risques dans les différents départements est plus que jamais un défi.

Les modèles business traditionnels ont tendance à déléguer la responsabilité de la gestion des risques à des départements distincts. Mais les véritables professionnels du risque, pour leur part, œuvrent à une approche plus holistique interdépartementale. Et avec des actionnaires qui exigent de plus en plus de transparence, une entreprise qui est organisée pour identifier les risques et les maîtriser pourra établir et pérenniser plus facilement des relations commerciales lucratives.

Le risk manager

Pour rationaliser efficacement la gestion des risques dans tous vos départements, mieux vaut faire appel à un risk manager bien organisé. Le risk manager sera compétent pour détecter et gérer les risques dans votre societé. Il utilisera en première instance un questionnaire caractéristique, couvrant un large spectre de domaines de risques : stratégie, compliance, fraude, finances, credit control, supply chain, IT et réputation de l’entreprise.

Les résultats peuvent être présentés efficacement par département dans une matrice des risques, ou heatmap. Celle-ci révèle les plus grandes faiblesses sur base :

  • de la probabilité qu’un événement se produise
  • de l’impact qu’il peut exercer
  • et de la capacité à gérer les problèmes potentiels.

Le principal composant : l’entretien

Mais les réponses ne sont qu’une préparation au principal composant de la gestion holistique des risques : l’entretien. Des entretiens réguliers avec le haut management favorisent les discussions des risques individuels et collectifs. Il faut toutefois tenir compte de la tolérance au risque fixée par l’entreprise. Des décisions en groupe peuvent également être prises pour s’assurer que chaque département mette en œuvre des solutions dont le risque est limité, et en ligne avec les objectifs de l’entreprise et de ses actionnaires.

Mieux prévoir et prévenir

Une stratégie synchronisée comme celle-là implique une redistribution des moyens, une formation des cadres et une nouvelle politique. Elle entraîne à son tour une communication plus claire et une collaboration plus intensive entre les départements. Les PME et les grandes entreprises seront ainsi mieux placées pour prévoir et prévenir tout ce qui a trait aux défauts de paiement, aux risques de crédit, à la fraude ou à la mauvaise presse.

Lisez aussi:

Les modèles de décision ouvrent une nouvelle ère pour l'acceptation des clients