Article
Ecrit par Jens Verboven
Posted on 06/05/2019

Le secteur du leasing abandonne la pensée traditionnelle

73 lectures

Aucune entreprise ne doit perdre de vue les tendances actuelles en termes de développements technologiques. La transformation numérique est désormais bien entamée dans le secteur du leasing, mais ce secteur fait également face à l’importance croissante des voitures électriques, entre autres.

LeasePlan est présent dans 32 pays du monde dans le secteur du leasing automobile. « Le département belge a la taille d'une PME imposante », déclare Bart Claes, Director SME & Private Lease chez LeasePlan. « Nous y employons 240 personnes sur les 7 000 à travers le monde. En ce sens, LeasePlan est une multinationale, ce qui ne change rien au fait que beaucoup de choses sont développées au sein du siège social à Amsterdam. »

Sous l’impulsion des développements technologiques, LeasePlan s'est fortement engagé dans la transformation numérique ces dernières années. « En premier lieu, il était important pour nous que les fondations soient solides. Nous pouvons maintenant déterminer dans quelle mesure l’analyse prédictive, l’intelligence artificielle et le machine learning sont une valeur ajoutée pour nous et comment nous pouvons mettre en œuvre tout cela. En effet, les portails classiques sont dépassés à mes yeux. »

Voitures électriques

« Cette manière de penser traditionnelle va s’éteindre. De nombreuses nouvelles tendances et évolutions garantissent une énorme onde de choc dans le secteur. Prenons l'exemple des voitures électriques. Au départ, le buzz autour de Tesla et de ses voitures électriques a été balayé d’un revers de la main. Le phénomène a été minimisé et considéré comme temporaire. Tesla est très déficitaire, mais ne risque pas de disparaître. Ou plutôt, disons que la conduite électrique ne risque pas de disparaître. Supposons que Tesla s'effondre, d’autres acteurs seront toujours prêts à prendre sa place. »

Bart Claes fait ainsi référence au nombre élevé de nouveaux acteurs qui font leur apparition sur le marché asiatique de la conduite électrique.

« Le salon de l'automobile de Taiwan était rempli de constructeurs de voitures électriques dont nous n'avions jamais entendu parler. Nous ferions mieux de nous habituer à leur présence, car ils détiennent un certain nombre d’atouts importants. Ils ont des stocks importants de matières premières pour les batteries, mais ils ont aussi la capacité de production, l’évolutivité ... et le personnel. Parce que partout, ces nouveaux constructeurs engagent les meilleurs ingénieurs. Quiconque se voit offrir un poste en tant que deuxième ou troisième ingénieur chez un constructeur automobile doit saisir cette chance et l’accepter directement. Quitte à déménager en Asie avec toute sa famille. »

« Ces acteurs asiatiques sont souvent de petites start-ups. Ils commercialisent des voitures électriques au prix de 35 000 dollars, avec une autonomie de 500 à 600 km. Les Asiatiques vont bientôt dominer le marché avec une structure extraordinaire à bas coûts », déclare Bart Claes. « De plus, ils ne portent pas quatre-vingts ou cent ans d'histoire qui les obligent à satisfaire des concessionnaires. Ils n'ont pas de palais remplis de voitures à rentabiliser, pas de masses de gens auxquels il faut assurer du travail. »

« En Belgique, ils disposeront bientôt de trois hubs où vous pourrez voir deux modèles et passer commande à partir d’un ordinateur. Ils ne proposent aucune réduction car leur production est trop petite. Mais quiconque souhaite vraiment cette voiture pourra l'acheter. C'est aussi simple que cela. »

Tesla

Pour aborder une autre tendance significative, Bart Claes cite Tesla.

« Il y a deux ans, tout le monde pouvait commander le Modèle 3. Dans ce cas, il fallait immédiatement mettre 1 000 $ sur la table. Tesla a ainsi collecté 400 millions de dollars en 24 heures. Et cela pour une entreprise qui flirte avec la faillite aux yeux du monde extérieur. Mais dans les faits, cela n’a rien été de plus qu’une étude de marché à grande échelle pour Tesla. Les autres constructeurs l'ont regardé avec une certaine tristesse, mais il était également clair pour eux que le marché devait se préparer à passer à l'électricité. Audi lancera bientôt l'e-Tron et suivra la même procédure. Ceux qui le souhaitent peuvent déjà faire un virement de 2 000 euros. C’est la direction que prend le secteur. »