Article
Ecrit par Nico Inberg
Posted on 04/02/2015

Factoring et reverse factoring : les différences

614 lectures

Dans un blog précédent nous vous avons parlé de l'arrivée de la supply chain finance. Le factoring et le reverse factoring sont quelques formes connues de supply chain finance. Mais quelles sont les différences entre ces deux concepts étroitement associés? Et dans quel cas avez-vous intérêt à mettre en œuvre l’une des deux formes alternatives de financement pour améliorer votre capital d’exploitation?

Factoring traditionnel et factoring américain

Dans le cas du factoring, une organisation confie (une partie de) son portefeuille à une entreprise externe, le factor, qui s'occupe ensuite de recouvrer les factures. Dans le cas du factoring traditionnel, il perçoit en échange un pourcentage du chiffre d’affaires. Ce qui diffère du factoring américain, de plus en plus utilisé par les entreprises. Dans le cas du factoring américain, le factor ne perçoit pas de pourcentage du chiffre d’affaires, mais le montant de la facture. Ce qui signifie davantage de flexibilité pour les entreprises. Elles peuvent en effet décider elles-mêmes quelle partie de leur portefeuille elles sous-traitent. Les clients qui paient bien continuent de payer directement à l’entreprise. 

En fonction du risque, dans le cas du factoring américain, environ 85% sont payés 24 heures à l'avance au fournisseur. Le reste de la facture est versé par la suite, lorsque le client a payé, moins le factor fee, un petit pourcentage de la facture préfinancée. La société facture également un intérêt sur l’acompte.

Le factoring permet de contourner les longs délais de paiement

Le grand avantage du factoring, c’est que l’organisation peut disposer immédiatement de son argent et n’encourt pas de risque lorsqu’un client paie trop tard. De plus en plus d’entreprises font face à de longs délais de paiement. Les PME, en particulier, éprouvent des difficultés à les préfinancer. Le factoring offre une solution dans ce cas. 

Un désavantage de cette méthode, c'est que le factor ne reprend pas à son compte le risque de défaut de paiement. C'est le factoring ‘with recourse'.  Lorsque l’acheteur  ne paie pas, en finale, le factor réclame les 85% déjà payés. En termes comptables, cela signifie que l’argent rentré, les 85%, ne peut pas encore être comptabilisé comme une recette, mais comme un emprunt. Ce qui influence les ratios financiers, étant donné que les acomptes sont présentés comme des fonds de tiers et non comme des fonds propres. Un autre désavantage est que le factor est moins soucieux du maintien d’une bonne relation entre le fournisseur et l’acheteur. Le danger est qu'il  approche l’acheteur de manière trop agressive. 

Reverse factoring : factures approuvées

Le reverse factoring essaie de compenser les désavantages du factoring. Le reverse factoring diffère du factoring sur deux points essentiels. D’une part le financier fonde son risque de paiement sur base de la solvabilité de l'acheteur au lieu du fournisseur. D’autre part, le reverse factoring ne prend en compte que les factures approuvées, de sorte que le risque de défaut de paiement des factures est limité.

Tarif avantageux, 100% de la facture

Pour cette raison, le financier (souvent une banque) peut également préfinancer à un tarif avantageux. Le fournisseur ne perçoit pas 85%, mais bien 100% de la facture, moins le fee pour l’institution qui finance. Il reprend aussi le risque de défaut de paiement, appelé aussi non-recourse. Le financier ne peut plus réclamer l’argent versé au fournisseur. Sur la base de la facture approuvée et de la solvabilité de l'acheteur, la banque osera prendre ce risque.

Amélioration des relations et de la supply chain

Le reverse factoring est populaire surtout dans les secteurs où la relation stratégique entre les fournisseurs et les acheteurs est importante. Au début, le reverse factoring était souvent mis en œuvre par la partie qui achetait, étant donné que cette construction est dépendante de la solvabilité. Les acheteurs sains financièrement avaient ainsi l'opportunité de renforcer leur chaîne. Ils pouvaient obtenir des prix plus bas auprès de leurs fournisseurs, et les payer plus tard, ce qui profitait à la relation. Les institutions financières ont maintenant repris cette initiative, en raison du risque financier minimal. Dans le cas du reverse factoring, les deux parties  font savoir qu’elles veulent participer à la construction. Dans le cas du factoring, l’opération n’est initiée que par le fournisseur.