Article
Ecrit par Glenn Philips
Posted on 03/04/2019

Concurrents sur le marché du travail intérimaire : « Nous nous démarquons des nouveaux arrivants »

57 lectures

Aucun secteur n'échappe à la concurrence croissante. Dans le cas du marché du travail intérimaire, elle vient notamment de l'étranger. De nouveaux acteurs bombardent l’état actuel des choses avec un modèle entièrement numérique. Les experts du secteur, Katty De Keyzer du groupe ASAP HR et Pieter Van Hemele, co-PDG de Talentus, suivent l'évolution avec méfiance.

Téléchargez aussi la fiche sectorielle

C317BE_Graydon-Sector-Insights-Travail-Interimaire (2).JPG

Le marché du travail intérimaire est bien conscient de la concurrence qui le guette.

« Si je ne regarde que la France et les Pays-Bas, je compte une douzaine d’acteurs prêts à introduire un modèle perturbateur », déclare Katty De Keyzer du groupe ASAP HR. « Un par un, ils ont cherché des ressources financières ou des fonds d'investissement pour conquérir le marché européen. Je les surveille avec méfiance, car le marché est déjà saturé. Il est inévitable qu'ils réclament une part du gâteau. Parce que le marché n'évolue pas dans la même mesure avec l'émergence de nouveaux concurrents. Ce n'est pas que je craigne qu'ils nous mettent hors jeu. Nous avons fait du bon travail et savons nous démarquer par rapport à ces nouveaux arrivants. »

De Keyzer est convaincue qu'il y aura toujours des changements dans le secteur du travail intérimaire.

« Je pense que ces plates-formes numériques peuvent être destructrices. Surtout dans la phase initiale. Certaines niches peuvent accrocher rapidement, mais d'autres pas du tout. Mais bien sûr, c'est aussi une opportunité pour nous. Ils nous mettent au défi de nous remettre en question, d’affiner, d’élargir nos propres modèles existants, etc. C'est aussi à nous de nous diversifier. »

L'approche généraliste ne fonctionne pas

Un nouveau phénomène est en train d’apparaître aujourd’hui, sous la forme de sociétés qui placent des personnes très spécialisées. Un phénomène qui dure depuis plus longtemps avec les informaticiens et les ingénieurs et qui ne fait que prendre de l’ampleur.

« Cela a certainement un avenir », poursuit De Keyzer. « Une approche généraliste ne fonctionne plus avec la génération Y. La génération Y nécessite une approche individuelle. Adaptée à leurs attentes. Et bien sûr, il faut réfléchir à la manière dont vous, en tant qu’entreprise, pouvez répondre à ces attentes. Nous croyons que l’innovation numérique peut nous soutenir à cette fin. »

« Nous croyons fermement en la valeur ajoutée des applications numériques, mais la force est et reste la relation humaine. Disons que nous voulons utiliser des applications numériques pour libérer du temps pour ce qui compte vraiment, à savoir le développement de bonnes relations (de travail). »

Plate-formes externes

Pieter Van Hemele, co-PDG de Talentus, préconise une analyse approfondie des marchés et des secteurs dans lesquels de véritables changements se produisent. Il fait référence à des plate-formes externes et influentes telles que Uber.

« Dans ce contexte, il est logique d'étudier le fonctionnement de l'ensemble de l'entreprise et de déterminer les forces externes qui ont une influence là-dessus. »

« Aujourd'hui, tout le monde pointe Uber du doigt et la plate-forme est désignée comme le grand coupable dans de nombreux cas. Les chauffeurs de taxi descendent dans la rue et se plaignent de ne plus pouvoir gagner leur vie. Je comprends qu'ils pointent Uber du doigt. Mais en réalité, c’est la politique qui a sérieusement échoué. Les conducteurs Uber ne sont soumis à aucun examen médical ou autre. De cette manière, une situation de concurrence déloyale est rapidement créée. Notre société doit simplement réfléchir à cela et se demander pourquoi certains secteurs sont devenus si dépendants des acteurs étrangers.

« Regardez ce qui s'est passé avec le marché de la vente en ligne. Ils ont mis tellement de temps à discuter que de grands acteurs ont installé leurs entrepôts de l'autre côté de la frontière. Dans ce cas, un gouvernement doit tirer ses conclusions. »